Espèces des Saturnidés du Québec

Sur cette page du guide sont représentées les différentes Espèces des Saturnidés du Québec.

La famille des Saturniidae est composée de certains des papillons nocturnes les plus impressionnants. La plupart des espèces sont nocturnes et peuvent être de très grande taille. Ils sont caractérisés par la présence d'ocelles sur les ailes, par leurs grandes ailes arrondies et par leur gros corps couvert d’écailles filiformes ressemblant à de la fourrure. Les pièces buccales des adultes sont atrophiées, donc ils ne se nourrissent pas. Les adultes ne vivent que quelques jours pour s'accoupler et pondre leurs oeufs en utilisant les réserves d’énergie accumulées lors du stade larvaire. Les femelles émettent des puissantes phéromones pouvant attirer les mâles à plusieurs kilomètres à la ronde. Les mâles captent ces phéromones grâce à leurs grandes antennes plumeuses. C'est de cette manière que l'on peut facilement distinguer le mâle de la femelle en observant les antennes. Bien des gens ignorent complètement l'existence de ces merveilles de la nature puisque leur période de vol se limite souvent de la moitié de la nuit jusqu’aux petites heures du matin.

Eacles imperialis pini Papillon impérial

Portant bien son nom français, le majestueux Papillon impérial est le roi des pinèdes blanches du sud du Québec. La chenille se nourrit des aiguilles de Pin blanc et on retrouve l'adulte à la fin du mois de juin jusqu'à la moitié du mois de juillet là où sa plante hôte est abondante. Privilégiés sont les collectionneurs qui ont vu une de ces bêtes se poser sur leur piège lumineux. Sa grande taille, sa couleur flamboyante et sa rareté font de cet insecte l’un des plus spectaculaires du Québec. Ces deux spécimens ont été récoltés sous une lampe industrielle près d’une pinède blanche.

Papillon impérial Eacles imperialis pini
Mâle
Lanoraie, QC
Papillon impérial Eacles imperialis pini
Femelle
Lanoraie, QC
Répartition
Taille80 à 170 mm.
IdentificationLa forme des ailes est particulière et rappelle la forme de celles des Sphingidae. Ailes et corps jaunes tachetés de brun-rose ou brun-violet. Les mâles sont plus petits et généralement plus densément tachetés que les femelles, mais on les distingue plus facilement par la taille des antennes.
HabitatPinèdes blanches du sud du Québec
AbondanceRare et localisé
Cycle de vieLes adultes émergent à la fin de juin et au début de juillet et ne vivent que quelques jours. Les oeufs sont pondus sur la plante hôte et les chenilles se développent pendant l'été. À l'automne, les chenilles s'enfouissent sous la terre pour faire leur transformation et passer l'hiver.
AlimentationL'adulte ne se nourrit pas. La chenille s'alimente d'aiguilles de Pin blanc (Pinus strobus).

Dryocampa rubicunda Anisote de l'érable

L’Anisote de l’érable est le Saturniidae le plus abondant au Québec. Sa taille est plus petite que la plupart des autres membres de sa famille. On le retrouve dans divers habitats dont les milieux urbains, ce qui le rends facile à observer. C’est souvent le premier de cette famille à se poser sur le piège lumineux lors d’une soirée de chasse aux insectes. Sa présence est bon signe pour indiquer l’activité des autres membres de sa famille. Ses couleurs sont extrêmement variables, certains individus ont les motifs roses très pâles ou même absent alors que d’autres ont le rose vif et très contrastant. Ces deux spécimens ont été récoltés au piège lumineux.

Anisote de l'érable Dryocampa rubicunda
Mâle
Les Escoumins, QC
Anisote de l'érable Dryocampa rubicunda
Femelle
Pont-Rouge, QC
Répartition
Taille35 à 50 mm.
IdentificationLes individus sont très variables, certains possèdent des bandes rose vif sur les ailes antérieures et d'autres sont complètement blancs crème. Le corps et jaune. Le mâle est plus petit que la femelle et se distingue par ses plus grandes antennes.
HabitatForêts de feuillus.
AbondanceCommun au sud de son aire de répartition et localisé au nord.
Cycle de vieLes adultes émergent au début de l'été et ne vivent que quelques jours. Les oeufs sont pondus sur la plante hôte et les chenilles se développent pendant l'été. À l'automne, les chenilles creusent une chambre sous la terre pour faire leur transformation et passer l'hiver.
AlimentationL'adulte ne se nourrit pas. La chenille s'alimente du feuillage des Érables à sucre (Acer saccharum), des Érables rouges (Acer rubrum), des Érables argentés (Acer saccharinum) et des Érable à épis (Acer spicatum).

Anisota virginiensis Anisote du chêne

L’Anisote du chêne est un papillon beaucoup plus rarement observé que l’Anisote de l’érable. Ils sont actifs de jour. Le mâle vole lors des journées chaudes et ensoleillées à la recherche d’une femelle à féconder. Son vol est très rapide et ressemble à celui du bourdon. Le collectionneur qui souhaite capturer cette espèce devra faire preuve de patience et pratiquer son coup de filet. La femelle est active de nuit également et peut être attirée aux lumières. Le spécimen mâle a été capturé au vol dans une érablière durant une chaude journée d'été où il y avait des dizaines de mâles en vol le long d'un chemin forestier. Le spécimen femelle a été capturé sous une lampe industrielle.

Anisote du chêne Anisota virginiensis
Mâle
Les Escoumins, QC
Anisote du chêne Anisota virginiensis
Femelle
Les Escoumins, QC
Répartition
Taille42 à 65 mm.
IdentificationImportant dimorphisme sexuel. Le mâle est beaucoup plus petit et a des zones transparentes au centre des ailes. La femelle est plus grande, orange avec une bande violet sur la marge des ailes. Les deux sexes ont une ocelle blanche sur l'aile antérieure.
HabitatForêt de feuillus.
AbondanceRare et localisé en général mais peut être commun à certains endroits.
Cycle de vieLes adultes émergent au début de l'été et ne vivent que quelques jours. Les mâles volent de jour pour accoupler les femelles. Ces dernières volent de nuit pour pondre leurs oeufs sur la plante hôte. Les chenilles se développent pendant l'été. À l'automne, les chenilles creusent une chambre sous la terre pour faire leur transformation et passer l'hiver.
AlimentationL'adulte ne se nourrit pas. La chenille s'alimente du feuillage des Chênes rouges (Quercus rubra), des Chênes blancs (Quercus alba) et des Bouleaux blancs (Betula papyrifera).

Automeris io Automeris io

L’Automeris io est l’un des insectes les plus beaux du Québec. Ses ailes antérieures sont couvertes par d’immenses ocelles qui imitent des yeux. Un prédateur qui le rencontrerait croirait sans doute avoir affaire à une bête bien plus grosse en voyant ces deux grands yeux. Rares sont les collectionneurs qui ont eu la chance de croiser l’espèce. La chenille est tout aussi originale, elle porte une série d’épines urticantes sur le dos qui provoque des enflures et des démangeaisons à celui qui s’y frotte. Ces deux spécimens ont été récoltés par Jay Timberlake dans l'état d'Indiana aux États-Unis.

Automeris io
Mâle
Bedford, QC
Automeris io
Femelle
Alton, IN
Répartition
Taille50 à 80 mm.
IdentificationGrandes ocelles noires et jaunes sur les ailes postérieures qui rendent cette espèce impossible à confondre. Le mâle est plus petit et a les ailes antérieures jaunes. La femelle a les ailes antérieures brunes à pourprées.
HabitatForêts de feuillus ou mixte au sol sec et sablonneux du sud du Québec.
AbondanceRare
Cycle de vieLes adultes émergent au début de l'été et ne vivent que quelques jours. Les oeufs sont pondus sur la plante hôte et les chenilles se développent pendant l'été. Les chenilles sont grégaires. À l'automne, les chenilles forment un cocon dans les feuilles mortes au sol ou dans des crevaces du tronc pour faire leur transformation et passer l'hiver.
AlimentationL'adulte ne se nourrit pas. La chenille est polyphage, mais s'alimente surtout de feuilles de Bouleau blanc (Betula papyrifera) ou de Tilleul d'Amérique (Tilia americana).

Antheraea polyphemus Polyphème d'Amérique

Le Polyphème d’Amérique est l’espèce de grande taille le plus fréquemment observé des Saturnidés. La chenille s’adapte facilement à plusieurs plantes hôtes, ce qui fait de cette espèce qu’on peut la retrouver dans une grande diversités d’habitats et parfois en quantité surprenante. C’est une espèce facile à élever chez soi. Lors de certaines nuits chaudes du mois de juin, on peut observer des dizaines d’individus attirés par l’éclairage artificiel des villes et villages. Le spécimen mâle provient d'un élevage réalisé à partir d'une femelle capturé sous une lampe industrielle et le spécimen femelle a été récolté dans son cocon en hiver.

Polyphème d'Amérique Antheraea polyphemus
Mâle
Les Escoumins, QC
Polyphème d'Amérique Antheraea polyphemus
Femelle
Québec, QC
Répartition
Taille75 à 100 mm.
IdentificationGrande taille, couleur variable entre le beige et le brun chocolat. Quatre grandes ocelles sur les ailes, celles des ailes postérieures sont entourées de noir. Bande noire et rose qui longe la marge externe des ailes. Les mâles et femelles se ressemblent, on les distingue facilement par la taille des antennes.
HabitatForêts de feuillus et milieux urbains.
AbondanceCommun. Quelques mentions au nord de son aire de répartition normale.
Cycle de vieLes adultes éclosent au début de l'été et ne vivent que quelques jours. Après la reproduction qui se fait quelques heures après l’éclosion, les oeufs sont pondus sur la plante hôte. Les chenilles naissent dans les jours suivants et se développent au cours de l’été. À l'automne, les chenilles tissent un cocon dans les branches ou au sol en utilisant des feuilles pour faire leur transformation et passer l'hiver.
AlimentationL'adulte ne se nourrit pas. La chenille est polyphage, elle se nourrit d'une grande diversité de feuillus, dont les érables (Acer), les bouleaux (Betula), les saules (Salix), les aulnes (Alnus), les peupliers (Populus) et de nombreux autres arbres et arbustes.

Actias luna Papillon lune

Le Papillon lune est sans aucun doute l’insecte le plus spectaculaire du Québec. La plupart des gens ont de la difficulté à croire que cette espèce est présente près de chez eux. Comme la plupart des autres espèces de sa famille, il faut être motivé pour l’observer puisqu’il n’est qu’actif qu’en fin de nuit et aux petites heures du matin. Sa couleur et sa forme sont uniques au Québec. On croirait voir un papillon tout droit sorti des forêts tropicales. Son vol est gracieux et l’observer voler dans l’obscurité de la nuit est une expérience très excitante. Le spécimen mâle a été capturé sous une lampe industrielle par une nuit de récolte mémorable où de très nombreux spécimens ont été observés. Le spécimen femelle a été récolté par Catherine Emond devant les phares d'une voiture.

Papillon lune Actias luna
Mâle
Pont-Rouge, QC
Papillon lune Actias luna
Femelle
Shannon, QC
Répartition
Taille75 à 105 mm
IdentificationImpossible à confondre, grandes projections des ailes postérieures, couleur vert clair à légèrement bleuté. Les rares individus de deuxième génération sont de couleur jaune.
HabitatForêt de feuillus mature des basses terres du Saint-Laurent.
AbondancePeu commun à commun selon les localités.
Cycle de vieLes adultes éclosent au début de l'été et ne vivent que quelques jours. Après la reproduction qui se fait quelques heures après l’éclosion, les oeufs sont pondus sur la plante hôte. Les chenilles naissent dans les jours suivants et se développent au cours de l’été pour finalement tisser un cocon au sol dans les feuilles mortes à l’automne. La pupe à l’intérieur du cocon passera l’hiver sous la neige à l’abri des froids intenses et le cycle se complètera au printemps suivant. Lors des étés longs et chauds, certains individus de deuxième génération peuvent éclore vers la fin de l’été, mais leurs larves n’auront pas le temps de former un deuxième cycle avant l’arrivée de l’hiver.
AlimentationL'adulte ne se nourrit pas. La chenille se nourrit du feuillage des Érables à sucre (Acer saccharum), des Bouleaux blancs (Betula papyrifera), des Bouleaux jaunes (Betula alleghaniensis) et des Chênes rouges (Quercus rubra).

Callosamia promethea Saturnie du cerisier

La Saturnie du cerisier est une espèce rarement observée sous nos latitudes. Toutefois, la chenille se nourrissant du feuillage de plusieurs arbres fruitiers, il est possible d’observer des adultes en milieu urbain. La mâle est diurne et vole en fin d’après midi. L’observateur très chanceux pourra peut-être observer un mâle à la recherche d’une femelle. Les chenilles font leur cocon dans une feuille enroulée et restera suspendue à la plante hôte durant l’hiver. Le collectionneur qui voudra capturer cette espèce aura intérêt à inspecter les arbres fruitiers des parcs et jardins durant l’hiver pour trouver le cocon. Capturer l’adulte s’avère être un coup de chance. Ces deux spécimens ont été récolté à l'automne sous forme de cocon dans un cerisier. Il y avait un total de huit cocons accrochés au tout petit arbre de plantation.

Saturnie du cerisier Callosamia promethea
Mâle
Ste-Catherine-de-la-Jacques-Cartier, QC
Saturnie du cerisier Callosamia promethea
Femelle
Ste-Catherine-de-la-Jacques-Cartier, QC
Répartition
Taille75 à 95 mm.
IdentificationImportant dimorphisme sexuel. Le mâle est brun foncé avec une bande beige sur la marge des ailes. La femelle est brune-rougeâtre avec des taches au centre des ailes et une bande claire qui traverse le milieu des quatre ailes. Les deux sexes ont une ocelle noire avec un croissant bleu dans l'apex de l'aile antérieure.
HabitatBoisés et milieux ouverts avec bosquets.
AbondanceRare et localisé.
Cycle de vieLes adultes éclosent au début de l'été et ne vivent que quelques jours. Les mâles volent de jour et s'accouplent avec les femelles en fin de journée. Les femelles volent durant la nuit pour pondre les oeufs sur la plante hôte. Les chenilles naissent dans les jours suivants et se développent au cours de l’été. Elles sont grégaire lorsqu'elles sont jeunes et deviennent solitaires en vieillissant. À l'automne, les chenilles tissent un cocon en enroulant une feuille de la plante hôte pour faire leur transformation et passer l'hiver accroché aux branches de l'arbre qui les a nourris.
AlimentationL'adulte ne se nourrit pas. La chenille se nourrit de différents feuillus dont le Cerisier de Pennsylvanie (Prunus pensylvanica), le Cerisier noir (Prunus serotina), le Frêne blanc (Fraxinus americana) et le Frêne rouge (Fraxinus pennsylvanica).

Hyalophora cecropia Saturnie cécropia

La Saturnie cécropia est le plus gros papillon d’Amérique du Nord. Peu de gens savent que cette immense bête vie tout près de chez eux. C’est une espèce qui ne craint pas les villes ni la pollution, donc on le retrouve régulièrement dans les milieux urbains. L’hiver, la pupe est cachée dans un très gros cocon de soie brune tissé par la chenille dans les branches d’un arbuste. Les cocons sont facile à repérer lorsqu’il y a de la neige au sol. Ces deux spécimens ont été récoltés sous des lampes industrielles. Il est possible de faire un croisement entre la Saturnie cécropia et la Saturnie du mélèze pour obtenir un hybride avec une apparence intermédiaire entre les deux espèces.

Saturnie cécropia Hyalophora cecropia
Mâle
St-Lambert-de-Lauzon, QC
Saturnie cécropia Hyalophora cecropia
Femelle
Val-Bélair, QC
Répartition
Taille110 à 150 mm.
IdentificationLe plus grand papillon d'Amérique du Nord. Le corps est rouge avec un collier blanc et des bandes blanches sur l'abdomen. Les ailes sont grises foncé avec quatre taches blanches en croissant et une large bande médiane blanche et rouge. Les ailes antérieures ont une ocelle noire avec un croissant bleu dans l'apex. Les deux sexes se ressemblent, on les distingue par la taille des antennes. On distingue la saturnie cécropia de la saturnie du mélèze par sa bande médiane qui traverse les quatre ailes qui est blanche bordée de rouge plutôt que blanche uniquement.
HabitatBoisés, milieux ouverts et urbains.
AbondanceCommun et en expansion dans le nord de son aire de répartition.
Cycle de vieLes adultes éclosent au début de l'été et ne vivent que quelques jours. Après la reproduction qui se fait quelques heures après l’éclosion, les oeufs sont pondus sur la plante hôte. Les chenilles naissent dans les jours suivants et se développent au cours de l’été. À l'automne, les chenilles tissent un gros cocon de soie brune dans les branches pour faire leur transformation et passer l'hiver.
AlimentationL'adulte ne se nourrit pas. La chenille est polyphage, elle se nourrit d'une grande diversité de feuillus, dont les érables (Acer), les bouleaux (Betula), les aulnes (Alnus), les peupliers (Populus) et de nombreux autres arbres et arbustes.

Hyalophora columbia columbia Saturnie du mélèze

La Saturnie du mélèze se retrouve dans les tourbières et les environs où l'on retrouve des Mélèzes laricin, son unique plante hôte. Son habitat plus sauvage et difficile d’accès le rends plus rarement observé que la Saturnie cécropia qui lui ressemble. Ces deux spécimens ont été récoltés sous des lampes industrielles dans un secteur boisé où les mélèzes sont bien présents. Il est possible de faire un croisement entre la Saturnie du mélèze et la Saturnie cécropia pour obtenir un hybride avec une apparence intermédiaire entre les deux espèces.

Saturnie du mélèze Hyalophora columbia
Mâle
Ste-Catherine-de-la-Jacques-Cartier, QC
Saturnie du mélèze Hyalophora columbia
Femelle
Pont-Rouge, QC
Répartition
Taille80 à 100 mm.
IdentificationLe corps est brun-rouge avec un collier blanc et des bandes blanches sur l'abdomen. Les ailes sont grises-rougeâtres avec quatre taches grises en croissant et une large bande médiane blanche. Les ailes antérieures ont une ocelle noire avec un croissant bleu dans l'apex. Les deux sexes se ressemblent, on les distingue par la taille des antennes. On distingue la Saturnie du mélèze de la Saturnie cécropia par sa bande médiane qui traverse les quatre ailes qui est blanche uniquement plutôt que blanche bordée de rouge.
HabitatTourbières et boisés humides.
AbondanceOccasionnel et localisé.
Cycle de vieLes adultes éclosent au début de l'été et ne vivent que quelques jours. Après la reproduction qui se fait quelques heures après l’éclosion, les oeufs sont pondus sur la plante hôte. Les chenilles naissent quelques jours plus tard et se développent au cours de l’été. À l'automne, les chenilles tissent un cocon de soie gris argenté dans les branches basses, sur le tronc ou dans les arbustes tout près pour faire leur transformation et passer l'hiver.
AlimentationL'adulte ne se nourrit pas. La chenille se nourrit uniquement des aiguilles de Mélèze laricin (Larix laricina).